LYCÉE AUGUSTIN FRESNEL

Leslie Chemouny, bac ES 2008

vendredi 15 mars 2019, par Delphine Mary

J’ai passé de fabuleuses années au lycée, entre 2005 et 2008. J’adorais les cours, les profs, l’ambiance, la classe, j’étais assez sérieuse contrairement à ce que l’on pouvait penser, mais j’avais du mal à organiser ma pensée, ce qui était assez problématique. Je n’ai pas eu mon bac la première année malgré les oraux de rattrapage, je l’ai donc repassé l’année d’après en candidat libre et je l’ai eu. En même temps, j’ai fait une année préparatoire aux écoles d’arts à Paris et ce n’était franchement pas facile de concilier les deux.

J’ai donc réussi le doublé, l’obtention de mon bac ES, et mon admission en école d’art à l’école supérieure des arts et techniques (ESAT). Vers la fin de mes études, j’ai eu la chance d’effectuer un stage de 6 mois à l’étranger au Cambodge à Phnom Penh, c’était une expérience incroyable (je conseille à tout le monde de partir au moins une fois à l’étranger pour un stage ou pour travailler, ça forge le caractère).

En allant au Cambodge, je suis vraiment sortie de ma zone de confort. Je vivais dans la poussière ; tous les matins j’allais au travail en moto dop (moto taxi). Le Cambodge est un pays en pleine reconstruction, la guerre due aux khmers rouges n’est pas si vieille, la pauvreté y est clairement présente, mais les gens sont d’une gentillesse et tellement souriants, je me suis fait de nombreux amis. Sur place, je travaillais pour une agence de création graphique. On travaillait pour des hôtels de luxe, des grosses compagnies cambodgiennes, des expatriés qui montaient leurs entreprises. Mais bon même si c’était fabuleux, il fallait bien que je rentre terminer mon année de diplôme (et ce, même si l’agence m’avait proposé un emploi).

Par la suite, je sors diplômée de mon école avec l’obtention de mon master 2 (bac+5) en communication visuelle. Je suis ce que l’on appelle une directrice artistique junior, je gère des projets de création de la conception à la réalisation (le fameux Photoshop, est un logiciel sur lequel on travaille beaucoup, mais pas que). Evidemment, j’ai commencé par être graphiste, j’ai galéré à trouver du boulot, c’est vrai. C’est un métier en forte progression, nous sommes très nombreux mais il y a de plus en plus d’agences, et le graphisme sans que nous le voyons est partout. Les emballages de nos pots de yaourt, le packaging de nos parfums, les génériques de films et de séries, les magazines, les livres, les sites internet… j’ai la chance de faire un métier très large, mais comme dirait ma mère, « si tu sais tout faire, tu ne sais rien faire », donc je me suis spécialisée dans ce que l’on appelle le print, c’est tout ce qui est imprimable, le papier, même si je fais un peu de web aussi. J’ai travaillé pour de nombreuses agences en freelance (statut indépendant), et pour des marques comme Dior, Armani, Cacharel, Chloe, Mercedes… J’enfourchais ma vespa et je me rendais là on où avait besoin de moi, cela pouvait être des missions de plusieurs semaines ou plusieurs mois.

Depuis novembre 2015, je suis dans une même agence Innocean Worlwide Company, une agence de pub à Levallois Perret en banlieue Parisienne, et on s’occupe de la communication des voitures Kia et Hyundai. Les pubs que vous voyez à la télé ou dans les magazines, c’est nous !

Paris est une ville folle, trépidante, inattendue, festive, culturelle je vis près de Montmartre depuis 8 ans maintenant. Et je n’ai aucune envie de partir. Évidemment, je rentre très souvent en Normandie, même si mes amis sont un peu éparpillés aux quatre coins de la France, nous restons ultra proches et nous essayons de nous voir le plus souvent possible. Mes amis du lycée sont pour la plupart restés mes amis. Je n’oublierai jamais mes années à Fresnel, je pense souvent à mes professeurs qui ont un rôle ô combien important dans la vie.