Le marais Vernier : un polder à protéger

 

Ci dessous l'état du marais au milieu du XIXème siècle, tel qu'il apparait sur cette carte d'état major.La Seine est beaucoup plus large qu'aujourd'hui et l'estuaire large commençait à la pointe de Quillebeuf. Les travaux de canalisation menés à l'initiative de Freycinet, avant 1914,et poursuivis jusqu'à nos jours, aboutiront à donner à la Seine son chenal actuel.En face de la pointe de Quillebeuf, Lillebonne.

marais vernier1.gif (497791 octets)

 

maraisu.gif (412867 octets)

 

http://www.dakini.eu.com/fr

http://www.educnet.education.fr/espace/satimg1.htm

On a superposé à l'image spot du marais vernier (SPOT4 1999, CNES-Spotimage copyright), la carte d'état major (milieu du19ème siècle) ici mise en transparence . On constate que le comblement de l'estuaire s'est accéléré, permettant le doublement de la surface du marais. La pointe de la Roque, qui bordait la Seine, est aujourd'hui à l'intérieur des terres. Le marais vernier est une des plus vastes zones humides à tourbières de France, parcourue de nombreux canaux de dainage pour évacuer les eaux de ruissellement et les eaux de remontée de la nappe phréatique sous jacente.

En gris, au nord de la Seine, la raffinerie Esso de Notre Dame de Gravenchon...installée sur l'ancien marais de Petiville.

marais vernier.gif (341539 octets)

http://www.dakini.eu.com/fr

http://www.educnet.education.fr/espace/satimg1.htm

L'état actuel de l'occupation du sol du marais vernier; en vert, les bois de coteaux, en beige le bâti, en rose les jardins et vergers et en gris les implantations industrielles et artisanales (au nord de la Seine, la raffinerie de Port Jérôme) . Au sud est du marais, la réserve naturelle de la mare de manneville fait l'objet d'une protection spéciale (prés, tourbières, mare, vaches d'Ecosse).

Le fond satellital (en nuance de bleu et rouge) restitue l'état de l'occupation des sols en juillet 1999. Le parcellaire agricole (les limites des champs sont bien visibles) en teintes rouges est soit du pré, soit des cultures levantes. Sur le parcellaire agricole en teintes bleues, la récolte a déjà été faite et les parcelles sont en sols nus.

Ces superpositions de couches cartographiques géoréférencées (c'est à dire calées sur des points de repères identiques, à la même échelle), est possible grâce au logiciel  de système d'information géographique Digital Worlds, disponible dans le cadre de l'expérimentation pédagogique DAKINI, ouverte aux professeurs et élèves desacadémies de Rouen, Amiens et Lille, ainsi que dans les comtés du Kent et du Sussex (programmes éducatifs européens interreg III).

page précédente