Restaurant Scolaire

restaurant_scolaire.jpeg

Bouton_menu3.png

Bouton_reservation2.png

Bouton_paiement2.png

Présentation générale
Vie pédagogique et
culturelle
Les services
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Animations autour du livre - Sélection de Novembre 2017
Mont_Fuji.jpg Sélection de novembre : destination Japon

du 8 au 20 novembre

Le Japon est une terre de contrastes où traditions et modernité cohabitent en douceur, où l'harmonie du zen côtoie l'ébullition urbaine et la frénésie du high-tech.

À l'occasion du lancement du Prix Mangawa, le CDI se met en novembre à l'heure japonaise en vous proposant un zoom sur ce pays fascinant à travers une sélection spéciale de romans.
(source de l'image : oadtz sur www.pixabay.com)


Un peu d'histoire

La fascination de l'Occident pour cet archipel ne date pas d'hier. 

Après quelques contacts commerciaux au 16ème siècle et l'arrivée de missionnaires chrétiens,
 le shogunat japonais, qui craignait à terme une conquête militaire européenne, décida au 17ème siècle de couper toutes relations avec l'étranger. Cet isolement volontaire (Sakoku en japonais) dura 200 ans, et ne fit qu'accroître l'intérêt occidental pour cette riche civilisation  devenue inaccessible, seule une colonie de quelques marchands hollandais, installée sur une île minuscule dans la baie de Nagasaki, étant autorisée, sous contrôle,  à  commercer. 
Ce n'est qu'au milieu de 19ème siècle  que le Japon s'ouvrit à nouveau aux Occidentaux, sous la pression des Américains notamment.  La société et le pouvoir japonais se transformèrent alors en quelques années : le shogunat fut contraint de démissionner et l'Empereur reprit le pouvoir, inaugurant l'ère Meiji qui vit l'archipel se moderniser, abandonner son système féodal pour adopter des institutions occidentales, et devenir une puissance économique et militaire sans pour autant perdre son âme dans ces bouleversements. Avec le rétablissement du libre échange, une véritable japonomanie s'empara de l'Europe et des Etats-Unis 
(engouement pour les estampes, pour les arts décoratifs et la décoration intérieure,  les tissus, et plus tard la littérature et le cinéma).
 
 Grande_Vague.jpg
La grande vague de Kanagawa (1831) est l'une des plus célèbres estampes d'Hokusai, dessinateur et graveur dont l'œuvre influença notamment Gauguin, Van Gogh et Monet.
 (source = wikipedia)


À la découverte de la littérature japonaise

Le roman (ou Monogatori) est un genre très ancien au Japon, remontant à plus de 20 siècles. 
On distingue trois périodes dans l'histoire de la littérature japonaise : la période ancienne (jusqu'au XIIe siècle), la période médiévale  (XIIe-XIXe siècles) et la période moderne (du XIXe siècle à nos jours).


Nous vous proposons de découvrir quelques auteurs majeurs de la période moderne.

Belles_endormies.jpgDans un style dépouillé à l'extrêmeYasunari Kawabata (1899-1972) donne libre cours dans son oeuvre à son obsession pour la beauté
 et la mort.
Les belles endormies  décline cette thématique à travers l'histoire d'un vieil homme, Eguchi, qui fréquente une "maison" dans laquelle des vieillards peuvent dormir avec des jeunes filles sous narcotique. Eguchi ne peut se résoudre à la vieillesse et à la mort qui se profile. À travers la belle endormie, iI se remémore ses aventures de jeunesse et toutes les femmes qu'il a côtoyées et aimées, mais la réalité de sa situation revient sans cesse, se matérialisant dans le corps de la  jeune fille  qui dort à côté de lui, et que rien ne peut sortir de son sommeil artificiel. Un sujet au premier abord sulfureux tendance glauque, mais qui se transforme en méditation poétique par la grâce d'une écriture impressionniste. Kawabata sera le premier écrivain japonais récompensé par le prix Nobel de littérature en 1968.

le_fusil_de_chasse.jpgYasushi Inoué (1907-1991) fit d'abord des études de philosophie avant de se lancer dans le journalisme, puis, de s'essayer à la littérature.
En 1949, il obtient le prestigieux prix Akutagawa, l'équivalent de notre Goncourt, 
pour Le fusil de chasse, court roman traduit dans le monde entier.
Le fusil de chasse est un roman à plusieurs voix racontant l'histoire d'une liaison qui se terminera mal. Il se compose de trois lettres adressées au même homme par trois femmes différentes : l'épouse délaissée, la maîtresse suicidée, et la fille de cette dernière. À l'origine banale histoire d'adultère, le récit se transforme en histoire passionnelle sur le thème du couple maudit, les trois lettres dévoilant l'ampleur de la tragédie dans un style tout en retenue.

Naufrages.jpgAkira Yoshimura (1927-2006), est une autre figure importante de la littérature nippone. Ses thèmes de prédilection sont les légendes traditionnelles, les faits divers ou la Seconde Guerre mondiale. Son roman Naufrages appartient à la première catégorie. Dans un petit village japonais en dehors du temps et isolé entre terre et mer, les habitants ont de grandes difficultés à subsister. Certains adultes se louent dans une bourgade voisine située derrière la montagne, tandis que les autres vivent de la pêche et de maigres récoltes. Isaku n'a que 9 ans quand son père part au delà de la montagne. Devenu chef de famille, il va devoir participer à une étrange coutume qui permet aux villageois d'améliorer leur quotidien : les nuits de tempête, ils allument de grands feux sur la plage pour que les navires en perdition, se fiant à la lumière, viennent s'éventrer sur les rochers, offrant leur cargaison à la petite communauté... Une écriture ciselée au service d'une histoire où la lumière et la beauté des décors contrastent magnifiquement avec la cruauté et la noirceur du propos.


Kafka_sur_le_rivage.jpgParmi les auteurs actuels, Haruki Murakami est une figure incontournable.
Ses romans font souvent la part belle à un fantastique qui fait dérailler le quotidien dans un mélange inimitable de surréalisme et de mélancolie. C'est le cas de Kafka sur le rivage, qui l'a définitivement consacré comme un grand nom de la littérature mondiale lors de sa parution en 2006.
Ce roman initiatique est construit autour de deux trajectoires différentes qui finiront par se rencontrer : celle de Kafka Tamura, un adolescent de 15 ans qui fuit le domicile paternel pour échapper à une malédiction œdipienne, et celle de Nakata, un vieil homme amnésique depuis un accident mystérieux survenu dans sa jeunesse. Leurs chemins croiseront celui d'un camionneur au grand cœur, d'un hermaphrodite en quête d'identité, d'une bibliothécaire dont la vie s'est arrêtée avec la mort de son premier amour... Il y a aussi des chats qui parlent, des poissons qui tombent du ciel... Un roman étrange et foisonnant, à nul autre pareil : une expérience à tenter !

Le Japon comme expérience

La fascination pour le Japon est le deuxième aspect de la sélection du mois.
Et en matière de choc culturel avec le Pays du Soleil Levant, Amélie Nothomb est incontournable. Stupeur et tremblements est le récit d'un cuisant "retour aux sources"; Grande admiratrice du Japon où elle a passé sa petite enfance, Amélie, devenue une jeune adulte, revient à Tokyo où elle est engagée comme traductrice dans une grande entreprise. Désireuse de faire ses preuves dans ce pays qu'elle aime tant, elle va découvrir à ses dépens l'extrême rigidité et le sens absolu de la hiérarchie dans le monde du travail nippon. Sa méconnaissance des usages lui attirera la haine de sa supérieure qui la fascine par sa beauté mais qui lui fera subir les pires vexations, jusqu'à l'humiliation ultime : son affectation comme dame-pipi dans les toilettes du 44ème étage... avant un retour piteux en Belgique.

Ni d'Eve ni d'Adam est le versant sentimental de cette expérience. Amélie, désireuse de parfaire sa pratique de la langue nippone, a entrepris de donner des cours... de français à des Japonais. Et voilà l'excentrique Rinri, étudiant dilettante et fils de bonne famille, qui répond à son annonce. L'échange linguistique va se transformer en tout autre chose...

StupeurEtTremblements.jpg Ni_deve_ni_dadam.gif


Dans un registre non autobiographique, d'autres romanciers donnent à voir cette confrontation entre l'occident et l'extrême-orient nippon dans des contextes historiques différents.

soie.jpgC'est le cas de Soie d'Alessandro Baricco.

-"Et il est où, exactement, ce Japon ?

-Par là, tout droit, jusqu'à la fin du monde".

Nous voici en 1861, à Lavilledieu, une bourgade du sud de la France spécialisée dans l'industrie de la soie. Hervé Joncour, le personnage principal de ce court roman, achète et vend des vers à soie. Mais en 1861, une épidémie décime les élevages. Le voilà contraint d'aller chercher les précieux cocons dans un pays que son isolement volontaire a préservé de la maladie : le Japon.  Un périlleux voyage commence alors vers l'inconnu. Car le Japon est encore fermé aux étrangers, et  il faut six mois pour mener à bien le périple aller et retour. Joncour fera le voyage quatre fois, en dépit du danger et de l'angoisse de son épouse Hélène.  Quatre voyages, pour traiter à chaque fois avec le même homme, le seigneur Hara Kei, et pour revoir une femme qui habite sous son toit, et  avec laquelle il ne peut échanger un mot... Une histoire de rêve et de trahison, servie par une écriture à la fois simple et poétique.


Gros plan sur deux figures emblématiques du Japon traditionnel : la geisha et le guerrier ninja.

Quelques titres de la sélection nous emmènent à la découverte de ces deux représentants de la culture nippone.

geisha.jpgGeisha, écrit par l'Américain Arthur Golden, est un roman qui se présente  sous la forme de mémoires : celles de Sayori. Au début des années 30, elle s'appelait encore Chiyo-Chan et vivait pauvrement dans un village de pêcheurs. Les difficultés financières vont amener son père à la vendre, ainsi que sa soeur, à une okiya (maison de geishas) de Kyoto. En quelques années d'un âpre apprentissage, Chiyo-Chan deviendra Sayori, une des geishas les plus en vue de Kyoto. Tous les ingrédients sont là pour assurer l'intérêt romanesque de l'histoire : la marâtre, la rivale haineuse, l'alliée inattendue, le "prince" tant espéré. Mais au-delà des péripéties, l'auteur est remarquablement documenté sur les traditions du monde fermé des geishas, que l'on perçoit en Occident comme de prostituées de luxe mais qui étaient avant tout des animatrices initiées depuis l'enfance aux arts traditionnels (danse, musique, chant, cérémonie du thé).


Le clan des Otori de l'Anglaise Lian Hearn est une saga qui se déroule dans un Japon féodal imaginaire, que l'on peut ancrer au 16ème siècle (ère Momoyama, particulièrement guerrière, qui vit l'unification du Japon et l'expulsion des chrétiens). Sous couvert d'une fiction épique pleine de rebondissements, elle témoigne d'une connaissance approfondie de l'époque Sengoku Jidai (période de conflits incessants entre les clans) tant au niveau des traditions et de la société que de la description des châteaux ou du rôle des ninjas. Dans notre imaginaire, les ninjas sont souvent associés à des guerriers cagoulés vêtus de noir, champions des arts martiaux acrobatiques. En réalité, il s'agissait de guerriers-espions, experts en dissimulation et en diversion. Originaires de provinces indépendantes plutôt inhospitalières, ils n'étaient liés à aucun seigneur, contrairement aux samouraïs attachés à un clan. Ils n'étaient pas soumis au code de l'honneur (= bushido), ce qui leur permettaient d'utiliser tous les moyens pour mener à bien leurs missions, comme par exemple l'empoisonnement, l'attaque de dos etc.

ClanOtoriT1.jpg ClanOtoriT2.jpg ClanOtoriT3.jpg


L'histoire du Clan des Otori se déroule sur une île fictive appelée "Les Trois pays". Chaque pays est dirigé par un clan, chacun essayant d'étendre son influence au détriment des autres : le clan des Tohan dans le Pays de l'Est, le clan des Otori dans le Pays du Milieu, le clan des Seishuu dans le Pays de l'Ouest.
Le jeune Tomasu appartient à une communauté pacifiste, monothéiste et persécutée. Lorsque le seigneur Iida Sadamu, chef  du clan des Tohan, massacre son village, il est recueilli par Shigeru, seigneur du clan rival  des Otori qui le prend sous sa protection. Shigeru adopte le jeune garçon sous le nom de Takeo. Mais ce geste est-il vraiment désintéressé ? Éduqué par son mentor, Takeo fait montre de dons exceptionnels, notamment au combat. Il va découvrir son affiliation à une communauté ninja au service des Otori depuis de nombreuses années. Shigeru et Takeo partagent désormais le même but, l'un pour des raisons politiques, l'autre par vengeance personnelle : éliminer le chef des Tohan... Intrigues, combats et amour sont au menu de cette excellente série aussi palpitante que dépaysante, saupoudrée de fantastique.  Les trois premiers tomes formant le premier cycle sont disponibles au CDI.

Tous les livres de la sélection ne sont pas présentés sur cette page. Pour voir la bibliographie complète, cliquez ICI.

Bonne lecture à tous !

Gaëlle Souday, documentaliste.

Date de création : 21/10/2017 @ 08:39
Dernière modification : 18/11/2017 @ 18:02
Catégorie : Animations autour du livre


Imprimer l'article Imprimer l'article

M.D.L. / C.V.L.

logo_panda_Officiel_-_C5_ModifieBD-01.jpglogo.jpg

Connexion à l'ENT
et à Pronote

leduc-logo_2_1_1_1_1_1.png

Calendrier
Portail numérique

catalogue_cdi.jpg

Ce portail comprend une sélection de sites classés thématiquement : Arts ; Banque d'images ; EMC ; Encyclopédies en ligne ; Français et littérature ; Histoire et géographie ; Langues ; Orientation ; Sciences ; SES ; STMG ; BTS CG.

Pour y accéder, cliquez ICI

Menu
^ Haut ^